Édith Piaf 
La voix, le geste, l'icône LIVRE  

Chapitre VI - Nocturnes de femmes

Damia, Édith Piaf, Juliette Greco, Barbara, Catherine Ribeiro : cinq chanteuses éminentes, aux personnalités très singulières, trois générations de femmes et de musiciennes et le tissé commun de résonances éparses.  Chacune fit pour la scène, le choix d’apparaître en habit noir. Ce ralliement à la couleur fatale dont elles firent leur étendard n’est pas anecdotique.

De la « tragédienne » Damia créant Sombre dimanche, à la « croqueuse de spleen » chantant la Trainitude (Catherine Ribeiro), en passant par la longue dame brune et son mélodique mal de vivre, le noir trace son sillage dans la chanson du vingtième siècle. Un noir qui est peinture, voix, métaphore. Au-delà des mondes artistiques de chacune, ces femmes- nuits se réfèrent à des expériences, des épreuves dont la parenté se voit, s’entend et se manifeste sur un mode spécifique d’engagement dans leur propre chant.

Dans le cas de Piaf comme dans celui de Damia auparavant, le vêtement noir n’est pas exploité comme exaltation de la féminité. Dans un réseau de correspondances, de métaphores en abime - de la robe à l’éclairage - tout élément n’est alors que le contrepoint de la voix, des images chantées prenant en charge le glas de soi, les griffes du sort, le tragique des moments et des hommes. Le pari sur le vêtement noir comme medium et message d’effacement d’un corps réduit à ses sources privilégiées d’expressivité, est cependant, en raison de sa faible corpulence, de sa petite taille, encore plus manifeste dans l’exemple d’Édith Piaf.
 
 
 
 
 
  Offrez cette année, à vos amis, un cadeau réellement séduisant !  
 




  Livre Edith Piaf
CHAPITRES DU LIVRE D'EDITH PIAF
Édith Piaf, la voix, le geste, l'icône
Délier, relier
L'icône
La scène d'Édith Piaf
Langages scéniques
Ombres rétrospectives
Nocturnes des femmes
La voix, l'écoute, l'écrit
Anamnèse
 
Commander livre Edith Piaf par Joëlle Deniot
  Écoutez la chanson d'Édith Piaf   Écoutez la chanson d'Édith Piaf  
 
 
Le noir
 
 
      Livre Edith Piaf par Joëlle Diniot  
 
     
  Le noir de Barbara condense un autre cocktail d’oppositions, d’autres synergies. Il est plus totalement, plus abstraitement graphique. Elle apparaît d’un mouvement vif, comme soudainement tracée, subtilement rehaussée à l’encre de chine. Le geste de sa voix qui s’est agilement lancée, glissée dans les drapés de l’air, découpe ses idéogrammes sur la toile. Mais le noir de Barbara c’est également la menace, la couleur du temps, des nostalgies, des jours, du cœur trop lourds. Enfin avec Barbara, le noir est aussi souverainement érotique comme il le sera chez cette autre « nocturne » épicurienne, égérie de la poétique rive gauche d’après-guerre : Juliette Gréco.

Mais cette opacité, ce parfum mystérieux de dame en noir, c’est peut-être pour Barbara, pour Juliette Gréco comme ce fut le cas pour Damia et Édith, comme cela le sera pour Catherine Ribeiro, leur inabordable liberté. Autrement dit, la menace d’une radicale altérité : altérité de la femme, altérité de l’artiste, altérité de l’exprimé. 
 
 
 
 
 
Joëlle- Andrée DENIOT
Édith Piaf, la voix, le geste, l'icône
Esquisse anthropologique
396 pages, 90 illustrations
  25, boulevard van Iseghem
44000 - Nantes
Téléphone : 02 40 74 63 35
E-mail :
joelle.deniot@wanadoo.fr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Formation professionnelle - LCA Performances Ltd - Formation professionnelle